Télécharger
05

Une aventure populaire de développement

L'entrepreneuriat social et solidaire

Fleur Service Social : la professionnalisation du logement

Depuis l’intégration de Fleur Service Social au sein du groupe Terre, les différentes activités de l’association se professionnalisent toutes progressivement. L’accompagnement des personnes par le logement était le dernier secteur à être encore mené à bouts de bras par des bénévoles investis, mais souhaitant passer le relais. C’est dans cette optique que Fleur Service Social a engagé début 2020 une accompagnatrice sociale. C’est une étape importante dans une année où la crise sanitaire a participé à fragiliser encore plus les personnes en situation de précarité.

Parmi les difficultés rencontrées, on citera la solitude dont ont souffert les personnes accompagnées. Reconstruire un projet de vie passe notamment par une structuration du temps par différentes activités – occupationnelles ou de formation. La suspension de ces activités a renvoyé les résidents à leur propre isolement, contre lequel Fleur Service Social a tenté de lutter en mettant notamment en place un petit groupe de marcheurs.

Le confinement a également provoqué une hausse alarmante de situations de violences familiales, entraînant, pour Fleur Service Social, une augmentation des demandes de logement. Si une suspension des expulsions avait été décidée en 2020, dès qu’elle a pris fin le 10 janvier 2021, une vague de demandes de logement est arrivée chez Fleur Service Social.

Ce contexte difficile n’a pas permis à l’association de fêter, comme elle l’aurait souhaité, son quarantième anniversaire. Elle a toutefois profité de la visite du Ministre Wallon du Logement, Christophe Collignon, le 6 octobre, venu annoncer l’obtention de l’agrément de Fleur Service Social en tant qu’Association de Promotion au Logement, pour rassembler l’équipe de travailleur·euse·s, les volontaires et le conseil d’administration afin de célébrer simplement cet anniversaire.

La coopération au développement en réseau

Sur le champ !

Dans le cadre de son partenariat avec SOS Faim et Iles de Paix, Autre Terre a produit un film sur le métier d’agriculteurs et sur les questions qui se posent autour de ce métier, aussi bien ici en Belgique que dans le Sud. Le film Sur le Champ !, montre les liens entre notre consommation ici et les productions à l’échelle mondiale. Il présente également une alternative, l’agriculture paysanne à échelle humaine, pour terminer sur la question suivante : « si la solution existe, pourquoi n’est-elle pas encore mise en place ? » en expliquant le rôle des lobbies internationaux défendant l’agriculture conventionnelle.

Malgré le confinement, les trois ONG ont réussi à le projeter une dizaine de fois, un chiffre bien en dessous de ce qu’elles auraient aimé faire. Sa diffusion sur Auvio, la plateforme de la RTBF, a permis de rassembler plus de 3.200 vues.

Reconduction du projet SIA en 2021

En 2021 se termine le premier programme quinquennal présenté en commun auprès de la DGD par Autre Terre avec SOS Faim et Îles de Paix. Ce premier programme a permis aux équipes d’apprendre à se connaître, d’échanger et de travailler ensemble à un deuxième programme davantage intégré. Une autoévaluation a permis aux travailleur·euse·s, aux membres du CA et à quelques partenaires Sud de faire le point sur cette première expérience, jugée concluante. La collaboration, par la richesse des informations échangées et la mutualisation des compétences, donne l’impression de travailler dans une équipe plus grande et permet de débloquer certaines situations. Un deuxième programme portant sur 2022-2026 est en cours de rédaction.

Fenêtre sur 2021

Créer les métiers de demain

En 2018, notre Assemblée Générale a effectué un travail d’identification des métiers éventuellement porteurs d’emplois d’insertion dans les années à venir. Trois domaines sont apparus comme pertinents en matière de création d’emplois et cohérents avec les missions du groupe Terre : les métiers liés à la récupération, ceux liés à la terre et ceux des services.

Métiers de la récupération

Se servir de l’expérience du groupe en matière de récupération pour développer de nouvelles filières créatrices d’emploi nous a paru évident. Après une première phase test menée à Bruxelles en 2019, la coopérative BatiTerre a été officiellement constituée le 13 août 2020 en partenariat avec Batigroupe scrl et La Poudrière asbl. Un responsable technique a été recruté afin de seconder le directeur dans le développement des services de la coopérative. L’objectif à terme est de créer des emplois locaux stables pour des personnes au départ peu qualifiées, tout en favorisant des pratiques circulaires dans le secteur de la construction.

BatiTerre, la coopérative qui voit la construction autrement...

Dans une même dynamique de partenariat entre acteurs de l’économie sociale, Terre asbl, l’Entrep’eau et Dureco ont travaillé à la mise en place d’un projet pilote de type Ressourcerie en Province du Luxembourg, qui débutera lors du second semestre 2021. Une manière pour ces partenaires de continuer à créer des emplois pour des personnes peu ou pas qualifiées en Belgique francophone dans un projet local d’économie circulaire. L’objectif est de parvenir à créer une quinzaine d’emplois d’ici fin 2022 et de consolider, autour de ce partenariat, des synergies avec le tissu associatif local actif dans le réemploi de biens du quotidien. Le projet vise la récupération de 500 tonnes d’ici 2022, valorisées en circuits courts (tous les biens collectés seront directement triés et vendus en Province du Luxembourg). Le magasin Terre Factory Shopping ouvert à Neufchâteau en 2021 en collaboration avec l’Entrep’eau participe de cette dynamique. L’ouverture de trois surfaces commerciales de ce type est également prévue.

Métiers de la terre

Dans les métiers à développer demain, ceux liés à la terre occupent une place de choix dans la mesure où ils rencontrent également des enjeux environnementaux et de santé. Dans ce cadre, la création d’une légumerie destinée à transformer des fruits et légumes locaux à destination des collectivités est une piste intéressante. Après l’identification de partenaires potentiels, nous avons établi un premier business plan. Nous cherchons actuellement les conditions pour lancer un projet-pilote, en collaboration avec La Cuisine des Champs et le Crabe asbl.

Intensifier nos politiques de groupe

À présent qu’une génération d’entrepreneurs a passé le flambeau, un enjeu majeur consiste à continuer d’avoir des directions capables d’entreprendre, d’animer nos équipes et de cultiver nos valeurs au sein de leurs entreprises. Ces projets forts permettront au groupe de poursuivre sa diversification et le développement de nouvelles activités pour des personnes en insertion, dans un contexte de transformation numérique, tout en renforçant notre gestion participative.

Pour relever ce défi, nous continuerons à investir et à intensifier les deux politiques transversales du groupe : la gestion participative en démocratie directe – notamment via une formation différenciée – et la politique du personnel.